Quand la maladie de Crohn fatigue le malade

15 avril 2016

Les patients atteints de la maladie de Crohn éprouvent souvent une fatigue intense lors des poussées. Mais cet état d’épuisement se manifeste également en période de rémission chez certains malades. Des facteurs psychologiques pourraient expliquer cette situation.

Une fatigue persistante

La maladie de Crohn épuise le malade en raison de l’inflammation chronique qu’elle provoque pendant les poussées. Les nuits de sommeil deviennent plus longues et les siestes sont indispensables alors qu’en temps normal elles ne font pas partie du quotidien. Dans toutes les activités du patient, l’épuisement arrive plus vite que d’ordinaire. Et la fatigue au travail s’installe aussi.

fatigue

Tous ces signes qui accompagnent les poussées peuvent persister lorsque le malade est en rémission complète. Ce qui, de prime abord, n’est pas tout à fait normal si le traitement est jugé efficace. Dans ce cas, la fatigue pourrait être un symptôme non intestinal de la maladie. Elle serait liée notamment à la souffrance psychologique du patient.

Le facteur psychologique

Souffrir d’une maladie de Crohn peut entraîner une détresse psychologique car une poussée peut survenir sans prévenir. Les symptômes constitués de douleurs et de coliques sont difficiles à gérer. Ils constituent une épreuve psychologique déstabilisante qui affecte la vie sociale et professionnelle. Les projets du patient, immédiats ou futurs, sont compromis et le désir de réussite à l’école ou au travail est souvent mis entre parenthèses.

L’angoisse de la survenue d’une poussée en période de rémission peut générer un état dépressif ou anxieux caractérisé par la fatigue. Il est donc important de stabiliser durablement la maladie pour que le patient puisse poursuivre sa vie le plus naturellement possible sans craindre une rechute soudaine.

Joie de vivre

Se reposer et rester actif

Il est recommandé de se reposer lorsque la maladie de Crohn est cliniquement active pour permettre à l’organisme de ne pas s’épuiser. En revanche, en période de rémission et pour réduire le sentiment de fatigue ou de déprime, il est vivement conseillé de mener une vie active et de ne pas s’isoler des autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *